• Maltraitances dans l'enfance

     

    Traumatismes, abus et maltraitances dans l'enfance.

     

    Maltraitances dans l'enfance

     

    J'aimerai aborder un sujet délicat et compliqué ; celui des traumatismes dans l'enfance. On peut les appeler abus, maltraitance, défaut de surveillance et d'affection, etc. Ces traumatismes sont variés de par leur modes opératoires et vont du simple défaut et manque d'affection jusqu'aux abus les plus sordides. Ils ont tous des conséquences désastreuses sur l'individu et sur la future construction identitaire de ceux qui les subissent. Il existe plusieurs termes pour désigner ces derniers, « victimes », « survivants / survivantes ».

     

    Dès 1950, on s'est rendu compte de l'influence néfaste que pouvait avoir le défaut d'attention et d'affection sur le nourrisson. Durant l'après guerre, il y a eu beaucoup d'orphelins et on les mettait dans des boxes avec peu de personnels pour prendre soin d'eux. L'attention se résumait à de la simple surveillance. Ces nourrissons ont développés, pour la majorité, de forts symptômes déficitaires. C'est ce qui a été appelé plus tard l'hospitalisme. Le nourrisson, en manque d'affection et de stimulation ne se développe pas correctement et souffre de retard dans les différentes sphères de développement.

     

    Les traumatismes dans l'enfance vont laissés leurs empruntes, et plus l'empreinte est précoce, plus elle va influencer la construction identitaire de l'enfant qui est en devenir. Si l'enfant se construit dans un milieu où les réprimandes et les dévalorisations sont courantes, il va en faire sa norme au point de l'intérioriser et de la croire justifiée. C'est sa vision du monde qui va en être perturbée, incluant sa propre vision de lui. Il va ainsi développer des cognitions négatives du type « Je ne mérite pas d'être aimé », « Je ne suis pas à la hauteur », « Je n'ai pas de valeur », « C'est de ma faute si l'on ne m'aime pas (car je ne le mérite pas) »... etc.

     

    Jacques Roques différencie trois types de traumatismes :

     - Traumatisme T : délimité dans le temps. Exemple : accident de voiture.

     - Traumatismes t : sur une longue période. Exemple : dévalorisations répétées d'un professeur durant une année scolaire.

     - Empoisonnement psychique : dès l'enfance et sur une longue période. Exemple : maltraitance, climat incestueux.

     

    La construction des normes, de la personnalité dans un milieu toxique va changer un développement qui aurait pu (du) être normal sans ce cadre, cette ambiance. Ce genre de traumatisme va littéralement empoisonner psychiquement l'enfant, au point de rendre ses réactions « normales » comme anormales dans une référence d'anormalité.

     

    Les thérapies pour les patients ayant vécu ce genre de traumatismes sont souvent assez longue... longue surtout pour trouver le bon thérapeute et pour créer une alliance thérapeutique suffisamment forte pour travailler en profondeur. Il arrive souvent avec ce type de patient de trouver un bon « accordage » puis il se passe un « dés-accordage » et enfin un « ré-accordage ». Tout simplement ce que je souhaite souligner c'est que l'alliance thérapeutique est souvent mise à mal par un traitement difficile pour le patient car cela fait remonter beaucoup de souffrances.

     

    Je finirais cet article en vous faisant partager ce que m'a livrée une patiente en fin de suivie EMDR. Elle m'a donné l'autorisation de transmettre ce qu'elle m'a écrit et je l'en remercie. Elle a 33 ans et son suivi a duré 2 ans. Ceci est un résumé de la richesse des écrits qu'elle m'a confiée.

     

    Au début des séances EMDR, je me posais uniquement en victime (surtout de ma mère). J'estimais que mon état n'était lié qu'au fait que ma mère était extrêmement blessante, méchante, que mon père me couvait trop et ne me prenait pas au sérieux, que mon mari ne m'aidait pas assez. Je me suis aperçue finalement que le déclencheur de la dépression venait de moi, que c'est moi qui avais mis tout cela en place, j'avais décidé que ça n'allait pas bien se passer, j'avais décidé de les faire « payer » en les culpabilisant. Pour autant je suis allée trop loin et je ne pouvais plus arrêter les choses, en plus, plus personne ne me croyait ! Lors des séances EMDR nous avons travaillé des événements du passé proche et qui se sont tous révélés être en lien avec le passé lointain, mon enfance. Plus les séances avançaient dans le temps et plus j'avais de facilités à faire les liens entre les événements du présent ou du passé proche et ceux du passé.

     

    J'ai compris que ma mère avait un comportement « pervers », manipulateur, quuand j'étais enfant elle prenait plaisir à me voir la chercher, à me voir en position de faiblesse, voir de détresse pour, en plus, me faire remarquer ensuite que mon comportement n'était pas normal. J'ai aussi compris qu'elle prenait plaisir à me voir culpabiliser et que c'était un moyen pour elle de garder « le contrôle » sur moi. J'ai compris qu'elle était extrêmement narcissique et manipulatrice et prête à tout pour qu'on lui « appartienne », surtout le mental. J'ai compris que j'étais dans une situation de « sidération » face à elle. J'ai compris pourquoi j'avais tant de mal à prendre une décision, à avoir un avis et à la conserver. J'ai aussi compris qu'elle m'avait infantilisée et que j'étais dans une relation de dépendance à l'autre qui ne me permettait pas d'avoir un autre rôle comme celui d'épouse ou de maman. J'ai réalisé que j'avais peur qu'elle ne m'aime plus.

     

    Au cours des séances d'EMDR, j'étais très en colère, contre tout le monde. Parfois je me « trompais de colère », et la colère dirigée contre ma mère allait vers mon mari. Il m'a été très difficile d'accepter que ma mère était une manipulatrice et que je ne pouvais plus avoir aucune attentes vis-à-vis d'elle. Il m'a été encore plus difficile d'accepter que j'avais parfois moi-même des comportements manipulateurs.

     

    Grâce à la thérapie j'ai pu faire des parallèles entre des situations du présent et celles du passé et mieux comprendre pourquoi j'agis de telle ou telle manière au présent. J'ai réussi à analyser certaines situations du passé, pour les voir sous un jour nouveau et de comprendre pourquoi je ressens telle ou telle chose. Je peux reconnaître les comportements manipulateurs pour m'en protéger. Durant la thérapie, j'ai revécue certaines situations du passé et ressentie les sentiments que j'avais pu éprouver, les pensées que j'avais pu avoir quand j'étais petite. Je peux repenser à ces situations aujourd’hui sans ressentir cette douleur, maintenant je me sens forte et avec une bonne estime de moi.

     


  • Commentaires

    1
    Mujilen
    Samedi 28 Janvier 2012 à 09:16

    J'ai été très intéressé par le témoignage ci-dessus et il m'a fait me poser les questions suivantes. Peut-il arriver qu'une personne soit victime de parents manipulateurs sans en avoir la moindre conscience, et en les croyant parfaitement bienveillants et pleins d'amour pour elle ? Cela peut-il l'amener à une totale soumission à ses parents, même si elle doit faire de coûteux sacrifices dans sa vie privée (par exemple, renoncer à un projet qui ne leur plaît pas) ? Des parents peuvent-ils manipuler leur enfant parce qu'ils tirent un bénéfice de sa "possession", comme le collectionneur qui ne cèderait pour rien au monde un bel objet de sa collection ? Enfin, la thérapie EMDR peut-elle permettre à l'enfant de reviser sa position (notamment ses sentiments) vis-à-vis de ses parents et à prendre de la distance ?

    Le témoignage répond en partie à ces questions, mais j'aimerais avoir confirmation et développements, si c'est possible. Merci d'avance.

    2
    N.Desbiendras Profil de N.Desbiendras
    Samedi 28 Janvier 2012 à 11:24

    Bonjour.


    La manipulation est une chose insidieuse. Une personne victime de manipulation n'en a pas conscience au début, surtout un enfant car il n'a pas d'autres modèles de comparaison et intègre ce qu'il vit comme étant la norme. Par définition la manipulation c'est l'emprise d'une personne sur une autre. Cette manipulation immisce le doute chez la victime, et celle-ci ne sait plus se fier à son jugement car elle pense qu'elle "déconne", en conséquence elle se fie complètement au jugement du manipulateur, jugement qui est décrit comme "vrai", "sain", celui de référence.


    Ce type de traumatisme fait partie des trauma complexe, ce que Jacques Roques appelle les empoisonnements psychiques. Je trouve ce terme d'empoisonnement tout à fait adapté car les empreintes traumatiques vont faire partie intégrante des facteurs de développement de l'identité de la personne. Il y aura donc des parties du psychisme de la victime qui seront empoisonnées par cette manipulation dans l'enfance. 


    L'EMDR peut aider à retraiter ces souvenirs du passé pour mieux les digérer et leur permettre qu'il ne fassent plus mal au présent et qu'ils ne conditionnent plus les choix et les comportements actuels. En conséquence on soulage le patient en enlevant cette emprise et ces fausses croyances dans lesquelles il est encore enfermé.

     

    NB : Pour plus d'information sur la manipulation vous pouvez vous référer au chapitre 11 de ce forum :

    http://desbiendras.eklablog.com/harcelement-et-manipulation-c336660

    3
    Marieclaudemichele
    Lundi 3 Septembre 2012 à 18:15

    Nicolas, j'aime à penser que les liens se font toujours au moment où ils doivent se faire!!! comment vas tu?à Toulouse pas très loin de Mimizan? Cela fait qq mois que je me demandais avec Thierry ce que tu devenais vers quelles voies tu étais allé? Bravo Mr le Dct  pour ton succès et ton engament médical dans l'aide aux autres .. Nous sommes toujours partagés entre l'Alsace et Mimizan Théo a 17 ans ....il faudrait 15 pages pour se nous raconter;.alors si un jour tu veux venir par nos plages? nous sommes là jusqu'au 15 septembre après ce sera en 2013... Contente de t'avoir lu? Amitiés Marie  

    4
    N.Desbiendras Profil de N.Desbiendras
    Jeudi 6 Septembre 2012 à 09:11

    Bonjour Marie, je suis extrémement content d'avoir de vos nouvelles!
    N'hésite pas à me contacter sur mon téléphone profesionnel pour reprendre contact.
    A bientôt.

    5
    dv27
    Jeudi 28 Mars 2013 à 15:49

    il existe des situations complexes qui viennent de l'ignorance. ma fille est dyslexique. à l'époque, personne n'était capable d'expliquer la souffrance de l'enfant dys pour apprendre. mais moi je l'encourageais et elle réussissait! mais je ne savais pas combien c'était dur pour elle. je crois que maintenant qu'elle est adulte, elle se venge contre moi car j'étais seule pour m'occuper d'elle. on avait cru que sa dyslexie était guérie mais on reste tjs dyslexique et si elle n'en prend pas conscience, elle continuera à me rejeter injustement. c'est grace à moi qu'elle a un travail et elle m'aimait beaucoup.je crois que c'était pour moi qu'elle a fait tous ces efforts pour apprendre! je ne la poussais pas, je l'aidais!

     

    6
    Lundi 4 Août 2014 à 11:04

    Bonjour 

    Je fais référence au passage " la thérapie pour les patients.......beaucoup de souffrance" et je confirme cela.

    J'ai perdu l'accordage comme vous dite si bien.

    Mais je sais que cette thérapie est efficace alors quand je serais prete je la reprendrai pour la finir. Mes ressources ne suffiront pas si je veux aller plus loin, j'ai, je vois bien encore peur de certaines choses et surtout je vais de l'avant parce que quelque chose m'y contraind ce n'est pas moi.

    Je me retrouve bien dans le témoignage de votre patiente de 33 ans.

    Bien à vous

    "denise"

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    vacance
    Mardi 2 Juin 2015 à 09:58

    Bonjour,


     


    J'ai fait un rêve étrange hier. J'ai rêvé d'une tarentule noire avec deux points rouges de chaque côté de ses "épaules". Elle se trouvait sur le bitume, immobile, au milieu d'une fête foraine. J'ai soudain pris conscience que c'était une tarentule. Les autres personnes on alors essayé de l'attraper, notamment une fille un peu idiote qui s'est laissée mordre. Mais elle semblait aller bien. Moi j'étais plus curieux qu’apeuré car je me tenais loin d'elle, à bonne distance. Le rêve m'a perturbé car elle était très très noire et très très poilue, et les deux ronds rouges étaient très très rouges. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :