• TDI: Trouble Dissociatif de l'Identité

    Trouble dissociatif de l'identité

     

     

    Le TDI.

                Le Trouble Dissociatif de l'Identité (TDI) été autrefois appelé Trouble de la Personnalité Multiple (TPM) puisqu'il est caractérisé par la présence de plusieurs identités ou "états de personnalités" distincts qui prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet. On trouve souvent des amnésies sur de nombreux souvenirs car les réseaux de mémoires sont fractionnés en autant de parties distinctes, et la partie principale n'y a donc pas accès.

    L'origine du TDI fait encore l'objet de recherches et de débats, on retrouve souvent l'nteraction de différents facteurs: stress trop intense, capacité à se dissocier, la mise en place de défenses dans le processus normal de développement, et, durant l'enfance, des expériences douloureuses, le manque de protection contre de nouvelles expériences de ce type, etc. Il y a bien souvent une (ou des) expérience traumatisante à l'origine de cette fracture, comme un miroir qui se brise et dont chaque morceau reflète une partie différente de personnalité. La dissociation a pour fonction de maintenir hors de la perception consciente des parties intolérables du traumatisme. La personne est entrée en mode "survie" et se prive d'une partie d'elle-même pour continuer à survivre. Cette partie sacrifiée peut à ce moment là devenir indépendante et créer une nouvelle identité plus ou moins bien construite (certaines parties ou identités sont donc parfois garantes d'un secret, d'un souvenir amnésié).

    Onno Van der hart (2006) parle de différentes parties:
    PAN: Partie Apparamment Normale
    PE: Partie Emotrionnelle
    La PAN est la vitrine que l'on donne à voir au monde, elle se rapproche le plus de la personnalité originelle, tandis que les PE sont des parties qui vont venir prendre le relais selon certains déclencheurs et c'est par les émotions qu'elles s'expriment. dans les cas les plus sévères de dissociation structurelle de l'identité, on trouve plusieurs PAN avec des systèmes d'actions, de pensées, de ressentis bien distincts.

     

    Le TDI est décrit dans le DSM-IV avec les critères diagnostiques suivants:

    A. Présence de deux ou plusieurs identités ou "états de personnalité" distincts (chacun ayant ses modalités constantes et particulières de perception, de pensée, et de relation concernant l'environnement et soi-même).

    B. Au moins deux de ces identités ou "états de personnalité" prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet.

    C. incapacités à évoquer des souvenirs personnels importants, trop marquée pour expliquer par une simple mauvaise mémoire.

    D. La perturbation n'est pas due aux effets d'une substance ou d'une affection médicale générale.

    Le point A décrit la division en plusieurs personnalités, chacune développant sa propre vie. ces personnalités peuvent se percevoir comme ayant différents âges et étant de sexe différent. Ces identités vivent dans le même corps, mais peuvent être dotées de goûts alimentaires et de préférences vestimentaires différents, avoir des amis différents, des facultés intellectuelles et d'écritures distincts etc.. Le point Bprécise la différence des personnes multiples par rapport aux personnes qui disent avoir un enfant interne. Chez une personne multiple, au moins deux personnalités prennent en alternance le contrôle complet sur le comportement, la pensée, le corps, les sentiments. Souvent, les deux personnalités ne savent rien l'une de l'autre et ne se souviennent pas du tout de ce qui s'est passé pendant le temps durant lequel l'autre personnalité était au contrôle.

    Comme évoquée en point C, une amnésie touchant des souvenirs personnels importants fait également partie du TDI. Il est possible qu'une personne multiple qu'une personne multiple soit totalement amnésique au sujet de son enfance, de l'adolescence, d'une grande partie de sa vie d'adulte ou de certains événements importants dans la vie, comme la naissance de son propre enfant, le mariage, ou l'accident de voiture. Pour éviter les erreurs de diagnostic, il est important de s'assurer que les critères A et C ne sont pas dus à l'abus de substance ou à une maladie affectant le fonctionnement du cerveau.

     

    Dissociation et traumatisme

                La dissociation n'est pas forcément pathologique. nous vivons tous des moments dissociés à un moment ou un autre, les actes manqués en sont un exemple, quand on est au téléphone et que l'on dessine machinalement quelque chose sur une feuille, on peut ensuite s'étonner du dessin... nous étions dissocié. Quand nous entrons en transe hypnotique, nous sommes dissociés. De manière générale, être dissocié, c'est avoir son esprit focalisé sur quelque chose pendant qu'une autre partie fait autre chose. Certaines personnes vivent de manière dissociée continuellement depuis des années et s'y sont adaptés assez bien et sont tout à fait fonctionnelles dans leur quotidien. Mais être dissocié c'est aussi fonctionner à bas régime : imaginez que 30% de vos capacités cognitives sont occupés à autre chose (maintenir un traumatisme en amnésie par exemple, évitant par là le retour d'images, de sensations et de symptômes intrusifs...), il ne vous reste plus que 70 % de vos capacités pour vous concentrer sur une tâche. Les patients dissociés ont donc très souvent des troubles de l'attention.

    De nombreuses personnes ayant vécu un traumatisme ont expérimentés des mouvements dissociatifs. C'est une manière dont a le psychisme pour se protéger de quelque chose d'intolérable, sans quoi l'intégrité psychique aurai volé en éclat. Au niveau statistique, 70 % des personnes ayant vécus un traumatisme s'en remettent spontanément. Pour les autres la dissociation va persister comme mode de survie et le patient pourra développer plusieurs troubles (état de stress post-traumatique, dissociation structurelle de l'identité à différents degrés, TDI, etc..)

     

                Les troubles dissociatifs sont caractérisés par la survenue d'une perturbation des fonctions qui sont d'habitude intégrés. Il y a cinq grands types de troubles dissociatifs décrits dans le DSM-IV.

    L'amnésie dissociative est caractérisée par une incapacité à évoquer des souvenirs personnels importants, habituellement traumatiques ou stressants, cette incapacité ne s'expliquant pas par une mauvaise mémoire.

    La fugue dissociative est caractérisée par un départ soudain et inattendu de son milieu de vie habituel, s'accompagnant d'une incapacité à se souvenir de son passé et d'une confusion concernant son identité personnelle ou bien l'adoption d'une nouvelle identité.

    Le trouble de dépersonnalisation est caractérisé par un sentiment prolongé ou récurrent de détachement de son propre fonctionnement mental ou de son propre corps, l'appréciation de la réalité demeurant intacte. On a l'impression d'être devenu son propre observateur. En même temps, on observe souvent différents types d'anesthésie sensitive, un manque de réaction affective, un sentiment de perte de contrôle de ses actes, notamment de ses propres paroles. La dépersonnalisation est une expérience relativement courante et peut avoir un effet indésirable sur la vie sociale, professionnelle et privée. Environ la moitié des adultes ont vécu un épisode unique et bref de dépersonnalisation à un moment de leur vie, avec généralement pour facteur déclenchant un stress intense. Près de 40% des personnes hospitalisées pour des troubles mentaux vivent une expérience de dépersonnalisation transitoire.

    Le trouble dissociatif non spécifié dont la caractéristique principale est un symptôme dissociatif mais qui ne répond pas aux critères d'aucun des troubles dissociatifs spécifiques. Par exemple, des états de dissociation chez les sujets qui ont été soumis à des manoeuvres prolongés coercitives (lavage de cerveau, redressement idéologique, endoctrinement en captivité, etc.).

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lydja
    Lundi 7 Octobre 2013 à 12:20

    Bonjour,

    J'ai lu votre article, malheureusement sans grande surprise, souffrant de ce trouble depuis aussi loin que ma mémoire veuille bien remonter.

    J'ai eu la chance d'avoir quelques années d'accalmie, ou plutôt, pour être honnête, de ne pas voir ma personnalité la plus violente surgir. Il semblerait qu'elle soit de retour depuis quelques mois, et ce de plus en plus fréquemment. Je ne pourrais pas donner de détail car je n'ai aucun souvenir de ses interventions. Malheureusement mes proches, eux, n'ont pas la même amnésie que moi, et ces prises de contrôle sont en train de m'isoler, car comment pardonner à quelqu'un qui semble agir en pleine conscience ? Dire "je suis désolée, ça n'était pas moi", n'est ni une excuse, ni une vérité... Je n'ai pas de souvenirs, mais je dois tout de même subir les conséquences de mes actes, ce qui est très difficile. Sans parler de la crainte grandissante de voir cet autre aspect de moi prendre le contrôle et de ne rien pouvoir faire pour l'en empêcher.

    Je suis récemment allée voir un psychanalyste et le remède a été pire que le mal. Peut-être à cause d'une approche maladroite du problème ou que sais-je, sa méthode a eu pour conséquence de réveiller des aspects en sommeils depuis des années, sans aucun moyen de contrôle.

    Je cherche donc un praticien qui connaisse réellement ce sujet et ne joue pas aux apprentis sorciers, mais ne sais à qui m'adresser. Pourriez-vous me conseiller ?

    Je vous remercie pour votre aide.

    2
    Lundi 7 Octobre 2013 à 16:59

    Bonjour

    Je comprends que vous n'ayez rien appris en lisant cet article, il a juste pour but une information sur ce qu'est le TDI (principalement pour les proches et les personnes encore non diagnostiquées). Vous avez déjà fait du chemin.

    La thérapie avec les TDI est délicate et demande effectivement de l'expérience, un thérapeute non avertie peut faire plus de mal que de bien! De plus mon point de vue est que la psychanalyse n'a rien a apporter à ce type de trouble, comme pour tout problème lié à des traumatismes.

    Les personnalités alternantes sont à prendre en compte dans la thérapie, et j'entend toutes les personnalités... Quand une nouvelle personnalité apparaît (ou une ancienne qui n'était pas apparue depuis longtemps) ce n'est pas le fruit du hasard. Il y a eu un déclencheur. Chaque personnalité a sa "fonction" et son système de pensée.Le travail  avec les TDI va donc prendre en compte l'ensemble des parties fragmentées pour les réassocier doucement.. en prenant en compte  ce qu'elles ont à dire.


    Avez vous déjà vécu des moments de co-conscience? C'est-à-dire des moments où vous partagez votre présent avec une de vos personnalités alternantes (soit en étant vous-même spectatrice, soit en la voyant vous observer). C'est souvent le signe d'un début de réassociation, et le discours entre les partie peut commencer.

     

    J'ai déjà plusieurs patients TDI en ce moment, n'hésitez pas à me contacter pour prendre rdv ou si je ne vous convient pas je vous conseillerai vers des thérapeutes ayant ces compétences et cette expérience.

    3
    Lydja
    Lundi 7 Octobre 2013 à 19:17

    Merci pour pour votre réponse.  J'expérimente régulièrement ce que vous appelez la co-conscience entre deux personnalités dominantes,  l'une assez naïve,  l'autre beaucoup plus mâture qui fait régulièrement des commentaires dans mon esprit,  un peu comme une grande soeur qui voudrait mettre son grain de sel partout.  Elles cohabitent souvent et chacune a son rôle et prend le dessus en fonction de la situation mais sans "violence". Il y a une sorte de statut quo entre les deux. Ce sont plus celles dont je n'ai conscience qu'au travers des amnésies qu'elles déclenchent qui m'inquietent. 

     Nous pouvons nous rencontrer et voir si nous pouvons travailler ensemble mais, désolée de devoir aborder des questions bassement terre à terre,  vos séances sont elles prises en charge par la sécurité sociale? 

    4
    Lundi 7 Octobre 2013 à 20:29

    Pour les tarifs et les remboursements, c'est très important j'en ai conscience, cela reste une réalité. 

    Pour les remboursements, non la sécurité sociale ne rembourse pas les rendez-vous avec un psychologue cllinicien, mais certaines mutuelles prennent en charge.
    voir la section que j'ai écrite sur les remboursements:
    http://desbiendras.eklablog.com/remboursement-des-psychotherapies-c226088

     

    Pour mes tarifs, une séance d'évaluation dure en moyenne 45 minutes est coûte 50 € et pour une séance de traitement en EMDR cela dure 90 minutes et coûte 100 €. (infos dans la section présentation du cabinet)

    http://desbiendras.eklablog.com/presentation-du-cabinet-c207868

    Je reste à votre disposition pour plus d'information via ce site ou par téléphone. 

    5
    Khelifati
    Samedi 28 Novembre 2015 à 09:08
    Bonjour je souffre du trouble dissociatif de l'identité et je ne trouve pas de personnes compétentes en Charente pour ma prise en charge pourriez vous M aider merci de votre futur réponce
    6
    Samedi 28 Novembre 2015 à 10:49

    Bonjour

    Je comprends, il n'est pas facile de trouver un spécialiste.

    Je vais essayer de vous trouver quelqu'un de formé en Charente, peut être pouvez vous me donner une ville proche de là où vous habitez pour préciser la recherche? 

    Sinon vous pouvez aussi me laisser un message sur mon téléphone professionnel au 06 58 38 58 32

     

    Cordialement 

     

    7
    caroline
    Mardi 20 Septembre 2016 à 12:11

    bonjour,

    Depuis 2011, Je m'appelle Caroline et je vis avec plusieurs personnalités. Caroline. Toutes ces personnalités ont une personnalité différente. Tous les médecins psychiatres m'ont diagnostiquée schizophrène mais je pense que je suis atteinte du trouble dissociatif de l'identité. Connaissez vous un psychiatre expérimenté sur ces troubles dans les alpes-maritimes.

    Merci

    8
    Mardi 20 Septembre 2016 à 13:47

    Bonjour Caroline.

    Je comprends, il est difficile de trouver des spécialistes compétents et formés au TDI.

    Je me renseigne pour un collègue compétent dans les Alpes Maritimes et vous recontacte rapidement. Je vous invite à me laisser un message sur mon téléphone professionnel avec vos coordonnées et je vous donnerai le contacte par téléphone.

    06.58.38.58.32

    Cordialement

      • caroline
        Mardi 20 Septembre 2016 à 16:10

        merci beaucoup

         

      • Caroline
        Dimanche 27 Mai à 20:45
        Bonjour, j’ai appris par ma psychiatre que je suis atteinte d’un TDI et une schizophrénie.
        En 2016, vous m’aviez indiqué le nom d’un psychologue mais ce psychologue avait quitté ma région des alpes maritimes.
        Je voudrais savoir si vous avez le nom d’une nouvelle personne connaissant ce trouble ?
        Merci CDT
        Caroline CORNUT
    9
    Eva
    Vendredi 13 Octobre 2017 à 00:58

    Bonjour,

    J'ai actuellement un proche qui souffre de TDI et que je cherche activement à aider. Auriez-vous l'adresse d'un spécialiste compétent en Isère qui pourrait le prendre en charge?

    Je vous remercie d'avance

      • Lundi 16 Octobre 2017 à 09:13

        Bonjour Eva.

        Je ne connais pas de spécialiste TDI en Isère, désolé.

        Le plus proche que je connaisse bien est à Lyon:

        Psychiatre
        04 78 37 19 76

        Etant superviseur EMDR lui aussi, il pourra peut être connaître du monde en Isère puisque c'est à côté.

        Cordialement 

         

      • Eva
        Lundi 30 Octobre 2017 à 12:48

        Merci beaucoup pour votre réponse

    10
    Lili57
    Mardi 17 Octobre 2017 à 14:17
    Bonjour,

    Je souffre de tdi depuis 11 ans et j'ai rencontré beaucoup de psychologues et sois je n'avancé pas ou sois mon état s'aggravé. Connaissez vous un spécialiste en lorraine ? Merci d'avance.
      • Mercredi 18 Octobre 2017 à 09:04

        Bonjour.

        En Lorraine, vous pouvez contacter le centre PIERRE JANET de Metz (Université de Lorraine). Il regroupe de nombreux spécialistes EMDR et notamment certains spécialisé dans le traitement des TDI. 

        03 72 74 82 93

        Sinon plus directement Marie-Jo Brennstuhl au 07 87 22 64 15

        Elle pourra vous renseigner sur un collègue compétent.

         

        Cordialement 

         

    11
    Lili57
    Jeudi 19 Octobre 2017 à 15:28
    Je vous remercie.
    12
    Kirlian
    Jeudi 7 Décembre 2017 à 13:31

    Bonjour,

    Wha ! Dit-donc, il y en a plein des comme moi ! Est-ce rassurant ou l'inverse ?

    Je prends contact avec vous pour la même raison que tout les autres. Je souffre de TDI depuis la petite enfance. (inceste répété, de toute évidence.) Il y a un an, j'ai vécu l'enfer quand des souvenirs refoulés sont remonté à la surface. J'ai eu tellement peur que j'ai cru être attaquée par un démon... Alors j'ai tout refoulé pendant un an.
    Aujourd'hui j'ai de nouvelles crises, je perds pieds.
    Je compte neuf personnalités avec lesquelles je discute au travers d'un livre que j'écris depuis 2009 et qui raconte notre histoire d'une bien étrange façon.
    Ma vie de famille est devenue très difficile, je flotte en permanence, ne pouvant détaché mes pensées de tout cela. Je suis de moins en moins apte à m'occuper de mes enfants, et je pense très sérieusement à m'éloigner le temps de me soigner.
    J'habite dans le Poitou. Pouvez-vous me renseigner une personne qui pourrait m'aider. Je suis prêt à emménager temporairement autre part s'il le faut.
    Je vous remercie d'avance pour votre réponse.
    Cordialement,
    Kirlian (personnalité Tête)

    13
    Lundi 11 Décembre 2017 à 11:26

    Bonjour Kirlian

    Oui la dissociation structurelle et bien plus courante que ce qu'on imagine. Et les TDI savent très bien jongler avec le monde extérieur et présenter une vitrine plutôt convaincante. Ils ont d'ailleurs raison car peu de thérapeutes sont réellement formés pour vous aider, mais c'est en train de changer. Beaucoup de collègues praticiens EMDR se spécialisent et l’association AFTD (association francophone du trauma et de la dissociation) essaye aussi de mieux faire connaître cette spécificité.

    Le support d'un livre pour entamer la co-conscience et la communication entre vos alters est un très bon support et sera un aide sûrement précieuse pour votre thérapie. Je pose de suite l'importance de comprendre qu'une thérapie n'a pas pour but de faire disparaître les parties dissociées mais de les réintégrer de les aider à retrouver leur vraie place tout en les soignant pour amener une densité et une cohérence interne. On vise l'association ou la réassociation (qui n'est pas simple à envisager quand des parties paraissent agressives..). 

    Je vous passe mon email ou vous pouvez me contacter: 

    desbiendras.nicolas@gmail.com

    Pour un thérapeute dans le Poitou peut être pourrez-vous en Email me dire plus précisément où vous habitez pour mieux préciser la recherche de thérapeute.

    Cordialement 

    14
    Denzel
    Jeudi 18 Janvier à 18:20
    Bonjour, j’ai une amie qui souffre de cette maladie. On en est pas sur car on a jamais consulté de psy pour elle. Pouvez m’orienter vers un spécialiste en région parisienne svp ?
    Merci d’avance.
    15
    Jeudi 18 Janvier à 20:32
    Bonsoir.
    Vous pouvez appeler de ma part le Dr Garcia.
    Cordialement


    Dominique GARCIA
    Médecin psychiatre, psychothérapeute
    31 rue Tronchet
    Paris 75008
    01 40 16 18 92
      • Denzel
        Lundi 22 Janvier à 15:18
        Merci bcp
    16
    Marie
    Jeudi 22 Février à 23:38

    Bonjour,

    Cela fait longtemps que je vis une vie qui ne m'appartiens pas. Je présente les critères donnés dans le DSM-IV mais je ne suis quand même pas sure d'avoir cette maladie. En effet, j'ai constamment le sentiment que je mens, que je ne fais que jouer un rôle...

    Cela perturbe ma vie car je n'arrive pas à avoir le contrôle totale sur se que je fais dans ma vie (je suis artiste) et c'est handicapant.

    J'ai cependant trop peur d'allé voir un spécialiste, parce que j'ai peur d'avoir cette maladie, mais en même temps, peur de ne pas l'avoir. 

    Je voulais savoir si vous avez une solution?

    Merci d'avance et merci pour cet article!

    17
    Vendredi 23 Février à 16:30

    Bonjour Marie.

    Les diagnostiques sont des repères cliniques pour nous soignants.. mais ils peuvent devenir des étiquettes qui stigmatisent. Ce qui compte est votre réalité intérieure. Si vous vous sentez en souffrance, d aller voir un spécialiste ne pourra que vous aider. 

     

    De ce que vous expliquez je peux simplement dire une chose: votre peur fait partie du problème. 

    C est donc autant un facteur de maintien car la peur protège mais aussi une souffrance qui vous emprisonne car elle vous empêche d agir.

     

    Cordialement

      • Marie
        Samedi 24 Février à 00:05

        Bonjour,

        Merci beaucoup pour votre réponse!

        Donc vous pensez que ça serait bénéfique de voir un spécialiste? J'ai peur de ne pas avoir le courage d'en voir un.

        Merci beaucoup pour votre aide.

    18
    Mélanie
    Vendredi 4 Mai à 16:16
    Bonjour,
    Je voudrais savoir si les thérapies amènent toutes à l'intégration.
    Notre système est en certaine harmonie, il y a bien sûr des querelles mais rien que nous n'avons réussit à gérer.
    Cependant je souffre énormément de ce que ce trouble apporte (pertes de mémoire, déconcentration, grosse perte de mes capacités intellectuelles, cride d'angoisse, dépression et beaucoup de douleur).
    Nous ne souhaitons pas l'intégration,nous voulons juste atténuer les symptômes...
    Est ce possible ?
    19
    Mercredi 9 Mai à 22:22

    Bonjour Mélanie.
    Je comprends très bien votre position. 
    J'entends surtout la peur des parties de disparaître. 
    Atténuer les symptômes est possible mais souvent de manière ponctuel. On peut stabiliser mais la vraie psychothérapie aura un objectif intégratif. 

    Je pense justement qu'il faut absolument définir ce mot:  "Intégration"
    Beaucoup de patients ont ce qu'on appelle "la phobie des parties dissociatives".. en quelques mots c'est la peur des parties de disparaître ... et c'est bien légitime. Si vous faites une thérapie qui vous dit que l'objectif est de faire disparaître les parties... passez votre chemin. 

    L'intégration signifie que l'on va aider les parties à trouver leurs vraies places dans le système. Il y a bien souvent des conflits internes, des querelles comme vous dites.. et parfois très fort et très violent intérieurement. 

    On ne vise pas la disparition des parties mais la disparition de l'espace vide qui sépare ces parties, cet abîme créant la dissociation structurelle. 

    J'espère avoir pu vous éclairer et rassurer un peu vos parties: elles sont importantes ! elles sont intéressantes, ce qu'elles ont à dire, leurs forces, leurs compétences font aussi partie de ce grand 'vous". 

    20
    Lost
    Dimanche 20 Mai à 09:11

    Bonjour,

     

    J'avais toujours pensé que le dédoublement de personnalité n'était qu'un sujet de roman ou de film... jusqu'à ce que je rencontre un homme diagnostiqué d'un trouble dissociatif de l'identité.

    Plus les mois passent et moins il arrive à contrôler ses changements d'identités (2 identités en plus de sa principale) lorsqu'il est avec moi. Il lui arrive même de changer en pleine conversation par sms. Il ne veut plus consulter, son psychiatre est partit en retraite, car il ne souhaite pas avoir à tout reprendre depuis le début.

    Je suis très compréhensive envers son trouble mais l'une des ses personnalités me fait peur. Pour l'avoir expérimenté je sais que les trois me connaissent et d'une manière, à chaque fois différente, ont développé des sentiments pour moi.

    Je sais être responsable de sa perte de contrôle, il m'a dit à plusieurs reprises que j'étais la seule raison pour que ses 3 identités soient là en même temps. Sauf qu'elles ne sont pas vraiment présentes en même temps, l'une arrive toujours à émerger et les deux autres disparaissent.

    J'aimerais trouver un moyen de l'aider. J'habite la région Lyonnaise. Si vous pouviez m'indiquer quelqu'un je prendrais rendez-vous moi-même pour obtenir des informations pratiques sur ce que je devrais faire ou dire etc.

    Merci pour votre aide, je me sens un peu perdue face à tout cela.

      • Kirlian
        Dimanche 27 Mai à 19:24

        Bonjour Lost,

        Je me permet de répondre à votre message, et je vous prie de m'excusez si c'est là une démarche déplacée.
        C'est vraiment très gentil à vous de vous soucier de votre ami, et de ne pas le laisser tomber comme ça arrive la plus part du temps dans ces cas là. Je suis bien placée pour le savoir, je compte mes amis sur les doigts d'une mains depuis que j'ai compris que souffre de TDI et que j'ai eus le malheur  de me montrer un peu trop bavarde...
        Vous avez donc toute ma sympathie. ^ ^

        Si je vous écrit ce message c'est pour vous proposer humblement mon aide, aussi dérisoire qu'elle puisse être dans une pareille situation, il est vrai.
        Et pourtant, souffrant moi-même de ce trouble, et m'étant très sérieusement pencher sur la dissociation et ses mécanismes, je pense pouvoir vous donner quelques bons conseils ou tout du moins, un soutient moral procédant d'une profonde empathie.

        Je ne suis pas un psy et n'ai aucune prétention à tenir ce rôle, mais il est vrai que j'ai beaucoup souffert de ne trouver personne qui comprenne, dans son âme et dans sa chair, ce que peut-être cet état quotidien et tout ce qu'il peut avoir d'intransmissible aux gens "normaux". Il a fallut attendre de très long mois avant de trouver enfin une autre personne souffrant de TDI avec qui correspondre et parler enfin "la même langue", si je peux dire.

        Enfin voila, si vous le désirer je suis prête à vous accorder du temps avec plaisir.


        Si monsieur Desbiendras estime que c'est une mauvaise idée, il ne manquera pas de se manifester pour nous en dissuader, je suppose. ^ ^

        En tout les cas, je vous souhaite à vous et votre ami, d'arriver à vous en sortir et d'avancer vers un meilleur avenir.

        Très cordialement,
        Evy

    21
    Mardi 22 Mai à 09:13

    Bonjour

    Vous pouvez contacter le Dr Emmanuel CONTAMIN sur Lyon de ma part. 

    Il est superviseur EMDR et spécialisé dans les troubles de la dissociation structurelle de l'identité.

    Cordialement 

      • Lost
        Dimanche 27 Mai à 16:49

        Merci pour votre aide, je prendrais rendez-vous rapidement.

        Cordialement,

    22
    Dimanche 27 Mai à 21:12

    Bonjour Kirlian et Lost

    J'ai créé ce blog pour transmettre mais aussi pour échanger. Vous êtes tout à fait encouragés à échanger sur ce lieu.

    Le lien humain est le meilleur moteur de résilience. 

    Cordialement 

    23
    Lost
    Lundi 28 Mai à 17:00

    Le Dr Contamin ne prend plus de patient, le cmp ne peut m'aider car je ne suis pas une patiente.

    Je me retrouve seule face à ça. Je jongle entre ses deux identités, je ne sais plus envers qui être loyale quand l'une d'elle me demande de ne rien raconter à l'autre. Je prévois une sortie avec lui mais dois l'en informer lorsqu'il change à nouveau d'identité. Il découvre que nous irons danser alors qu'il déteste ça...

    C'est très compliqué sans aide, je ne sais pas comment gérer.

      • Kirlian
        Lundi 28 Mai à 19:11

        Bonsoir Lost,

        Ne panique pas, je vais essayer de t'expliquer du mieux que je peux étant donné que je ne connais pas personnellement ce monsieur, et que les trois personnalité, même si elles répondent toujours au même schéma (a savoir dans les très grandes ligne un homme, un enfant et une femme), l'identité profonde varie en fonction de la personne et de son vécu.
        Celui qui te fait peur c'est la personnalité masculine qui correspond à l'esprit. Ces caractéristiques doivent être logiquement : Intelligent, un esprit dominateur et contrôleur, peu de patience, colère pouvant parfois mener à des crises de rages, hautain, orgueilleux, asociale, solitaire (ou tout au contraire aimant être entouré et au centre de tout les regards, mais à mon sens c'est plutôt mauvais signe, c'est toi qui sait.)

        Pour ma part, ma personnalité masculine à toutes ces caractéristique, et quand il m'arrive de traverser des périodes ou les souvenirs traumatiques reviennent à la surface, c'est bien pire. Je deviens imbuvable et je dois m'éloigner jusqu'à ce que ça passe.

         

        Il faut bien comprendre que l'esprit est le protecteur, et que c'est lui qui à encaisser la plus part des sévices pour protéger la personnalité enfant. De ce fait, il a une vision des choses très noires et hostile. C'est aussi en lui que s'est imprimé l'image du tortionnaire, et a donc été modelé bien malgré lui par la personnalité de son agresseur. Il est donc possible qu'il en adopte les caractéristiques en moment de crise, ce qui explique parfaitement que tu puisses avoir peur. (quand ça m'arrive, je ressemble vraiment à mon père, jusque dans ses mimiques et ses expressions)

        Je ne le connais pas, tout ce que je peux te dire c'est que tout dépens de son vécu et de ce qu'il a subit. Sa dangerosité, puisse qu'elle t'inquiète à ce point, dépens entièrement de la personnalité de l'agresseur qui a été imprimée en lui.

        Ton ami a-t-il des souvenirs de ses traumatismes ? Sait-il ce qu'il lui est arrivé ou bien subit-il régulièrement de violents tourments intérieur sans en connaître la cause ?

        Je ne vais pas te dire que tout baigne, tout les TDI ne sont pas des dangers public, loin de là, mais certain peuvent l'être. Alors fait attention à toi, reste le plus douce possible avec sa personnalité masculine, explique lui avec patience et sentiment qu'il te blesse par sa rudesse, n'insiste surtout pas si tu vois qu'il n'arrive plus à contrôler ses nerfs, et s'il tient vraiment à toi, tu devrais arriver à l'apaiser.

        Pour le reste, j'ai besoin de plus d'info sur lui pour tenter de t'éclairer au mieux.
        Si tu le désir nous pouvons continuer en privé si tu estime que c'est trop personnel, comme tu veux.
        J'espère que cela t'aura un peu aider.
        Cordialement,
        Kirlian.

         

    24
    Lost
    Lundi 28 Mai à 21:33

    Merci Kirlian d'avoir pris le temps de me répondre.

    En fait mon ami ne rentre pas dans la catégorie homme, femme, enfant. Il n'y a que des hommes adultes, trois au total si je compte son identité première (celle qui est le plus présente).

    Passez ce weekend je n'ai plus vraiment peur. Son identité seconde a décidé qu'il était temps de me parler. Et c'est cette même identité qui refuse que je révèle à l'identité première la teneur de nos échanges.

    La définition que tu as fait de ta personnalité masculine ressemble beaucoup à la sienne, enfin la seconde si je puis dire. Elle n'apparaissait qu'a des moments très précis et ne me parlait pas sauf une fois par sms mais je n'ai pas su comment réagir à ce moment là.

    Je suis un peu désemparée par quelque chose. Il m'a dit (sa seconde identité) qu'il voyait et entendait tout mais comme de derrière une fenêtre, sans pouvoir interagir. Il m'a dit qu'il était heureux de me voir à travers les barreaux de sa cellule car avant il était seul.

    Je me pose une question, que ce passera-t-il si cette identité décide de m'avoir pour lui tout seul ? Est-ce possible comme conflit interne ? Ses temps de "prise de contrôle" semble augmenter. J'imagine que cela a un lien mais je ne suis sûre de rien.

    Ensuite il y a forcément des choses à ne pas dire, à ne pas faire. J'en découvre au fur et à mesure mais j'ai peur de mal faire parfois.

    Bref, il n'a pas choisi d'être comme cela mais moi par contre j'ai choisis de rester malgré tout donc autant le faire de la meilleure manière qui soit.

    Au plaisir d'échanger de nouveau.

    Lost

      • Kirlian
        Lundi 28 Mai à 23:09

        Bonsoir Lost,

        Merci d'avoir répondu, j'avoue que j'avais peur de t'avoir effrayé ou d'avoir été trop direct, indiscret, mal appris, tout ça...

        Ce que tu me dis confirme ma pensée, à savoir que cette seconde personnalité est bien l'esprit. Dans mon cas, je n'apparais presque jamais en public, laissant la place à Evy (le coeur/enfant). Je pense, sans vouloir trop m'avancer, que la personnalité principale est toujours l'esprit, et ce n'est pas parce qu'elle est moins présente que les autres qu'elle est secondaire, c'est du moins ce que ma propre expérience me prouve. Je suis toujours présent, j'écoute, j'observe, je commente au besoin et je me tiens sur mes gardes. Si quelqu'un blesse mon cœur cela provoque une permutation et je prend le relais pour aboyer fort. Mais force est de constater que Evy à des pertes de mémoire quand a ce qu'elle peut observer et entendre quand elle n'est pas à la conscience. Je sais qu'elle voit et entend car elle réagit depuis notre intérieur, mais elle est sujette à se prendre des grosses baffes quand on lui rappelle certaines de mes actions ou paroles.

        Ayant cette primauté, je me suis pourtant, par le passé, beaucoup caché en nous. Étant par essence un penseur et un observateur immobile, le monde extérieur est pénible pour moi, et pour m'y déplacer et interagir, je dois prendre les commandes de mon corps que je déteste. C'est un fardeau que de se mouvoir, et tout en même temps, l'esprit est irrémédiablement emprisonné en lui, d’où l'emploi de l'expression de ton ami, "les barreaux de sa cellule" ! (je confirme et compatis...)

        Tu me dis qu'il est présent de plus en plus, c'est plutôt bon signe je dirais, en ce sens ou il manifeste l'envie d'être plus souvent présent, sans aucun doute parce que tu es entrée dans sa vie et qu'il trouve cela agréable. Ça veut dire qu'il t'aime beaucoup et qu'il désire interagir avec toi, qu'il te fait suffisamment confiance que pour sortir de sa tanière et se dévoilé. Maintenant il faut savoir aussi que l'éveil de l'esprit peut être difficile car, même si l'on est capable de tout voir et de tout entendre (pas vraiment de perte de mémoire en vérité, plus une impression de flou et de distorsion du temps écoulé), en revanche être aux commande de la conscience nous fait porter un autre regard sur le monde et nous-même. En résumer, il risque de prendre conscience de chose qui vont le mettre en colère (peut-être le début de la remontée de souvenir refoulés) (d'ailleurs à ce propos, l'age de ton ami serait pour moi une précieuse donnée, mais à première vue je dirais que vous êtes plutôt jeunes tout les deux, non?), il cherchera sans doute à modeler son environnement pour le rendre plus à son goût (changer de style vestimentaire par exemple)

        En ce qui concerne ta crainte qu'il ne te veuille pour lui seul, sache qu'il finira sans doute, et à la condition que rien ne le fasse brusquement s’emmurer à nouveau, par réclamer sa place première (ben oui, c'est la tête le patron! :p), ce qui ne veut pas dire qu'il empêchera les autres de venir, tout dépens de la relation qu'ils ont entre eux. Pour te donner un exemple, j'aime beaucoup Evy, mon cœur, en revanche j'ai du mal avec Maya, mon ventre, et je lui interdit formellement l'accès à la conscience ! Ça peut paraître injuste dit comme ça mais crois-moi bien que j'ai d’excellentes raisons de le faire.

        S'il t'interdit d'en parler aux autres ça peut souligner un manque de confiance en eux, ou une envie de protéger le plus faible, ou encore, tout simplement est-il extrêmement pudique, comme cela sied si bien à notre essence. ^ ^ J’opterais donc à première vue pour cette dernière hypothèse.

        Pour conclure ici cette réponse, et au vue de ce que tu m'as dit de lui, nous avons effectivement un profil d'esprit similaire, et je peux donc te rassurer quand a sa nature. A mon avis, c'est quelqu'un de bien mais de très craintif, qui est en souffrance et que tu as réussis à commencer d'apprivoiser.

        Je te mets bien sûr en garde quand au fait que son émergence donnera lieu à des moments difficiles, pour lui comme pour toi, et que ce dont il aura le plus besoin, c'est de ta douceur, de ta compréhension et de ta patience. Il pourra lui arriver de te blesser par mégarde et bien malgré lui, étant victime de la crasse qu'on a mit en lui. Sache que même s'il aura beaucoup de mal à te le dire par la suite et à te demander pardon de t'avoir blesser, il s'en voudra beaucoup intérieurement et essayera, toujours très maladroitement de se faire pardonner. Accueil donc toute forme de repentir, même la plus infime, comme un véritable exploit et une preuve indiscutable de ses sentiments pour toi.

        Avec cette personnalité, privilégie l'intimité, dans un endroit qui lui est familier, la discussion, l'échange, le calme et la sincérité. Évite les sorties, surtout si il y a beaucoup de monde et que le niveau moyen est médiocre et puéril. (on déteste ça.) L'esprit n'est pas très tactile, alors si je puis me permettre de le dire ainsi, ne soit pas trop proche physiquement de lui (sauf s'il t'en témoigne l'envie, bien évidement). Respecte scrupuleusement toute forme de distance qu'il mettra entre vous et attends patiemment qu'il l'efface progressivement. C'est comme un petit animal sauvage, il ne faut pas faire de gestes brusques, sinon il peut montrer les crocs :p.

        Dernière chose en ce qui concerne les autres personnalités, ce n'est pas toujours évident de déceler un enfant et une femme dans un corps extérieurement masculin. (tout comme on ne voit pas en moi un homme dans ce corps de gonzesse qui est le mien! Et pourtant... je me sens bel et bien un mec et je fonctionne comme tel.) Si tu le veux bien, j'aimerais que tu me décrive rapidement le caractère des deux autres, mais j'imagine sans trop m'attendre à être détromper, qu'il y en a un qui est plutôt décontracté et rigolard, le genre avec qui l'on passe un très agréablement moment, et l'autre un sensible très porté sur les sentiments ?

        Je m'arrête ici, et je te prie de me pardonner d'être à ce point un incorrigible bavard. ^ ^

        En espérant t'avoir un peu aider.

        Cordialement
        Kirlian

    25
    Mardi 29 Mai à 08:41

    Bonjour Lost.

    Oui le Dr Contamin est complet mais il sert plus de référent pour rediriger vers des collègues de sa région qu'il connait et qu'il sait être formé pour cela. Je vais le contacter directement pour avoir un liste de spécialiste. Je reviens vers vous dès que j'ai une réponse.

    Cordialement 

    26
    Lost
    Mardi 29 Mai à 09:38

    Merci à vous deux, Dr Desbiendras et Kirlian, vraiment. J'avoue avoir reçu un petit coup au moral en voyant que mes demandes d'aides n'aboutissaient pas.

    On accompagne les partenaires de personnes souffrantes de graves maladies mais pas forcément de celles qui souffres de troubles psychologiques tandis que je suis certaine que notre soutient est vital.

    Pour te répondre Kirlian. Certaines choses semblent communes mais beaucoup d'autres diffèrent.

    J'ai pensé la même chose, à savoir que la personnalité dominante (puisque plus dirigiste, plus sûr de lui etc) celle qui a dû mal a apparaitre pourrait être l'identité primaire. Déjà parce que c'est celle qui voit et sait tout. L'identité de façade à des pertes de mémoires et ne peut se souvenir des moments que je passe avec l'identité dominante. Ensuite parce que je pense que sa demande de ne rien dire à l'autre est un moyen de le protéger. Il m'a dit que c'était lui qui décidait et que si j'en parlais il (l'identité de façade) réglerait le problème d'une manière pathétique en choisissant la fuite.

    Par contre cette identité dominante n'est pas du tout réservée (ni l'identité de façade d'ailleurs) et même peut-être un peu borderline. C'est lui qui m'a demandé de sortir, d'aller danser car il veut se créer des souvenirs avec moi. ( je reprends ses propres paroles)

    Cela m'inquiète un peu, je sais comment appeler son identité dominante mais je ne sais pas comment rappeler l'identité de façade. Il reviendra à lui à un moment, je ne peux pas le maintenir en état dominant constamment et je ne suis même pas certaine que ce soit une bonne idée, et lorsque cela arrivera il se retrouvera dans un bar ou sur une piste de danse. Je suis somnambule, je connais ce problème de réveille à un endroit qui n'est pas "normal". Je serais avec lui et j'arrive plus ou moins à voir lorsque le changement arrive mais j'ai peur d'avoir accepté ce "rendez-vous" un peu trop vite et sans penser aux conséquences.

    Nous ne sommes pas si "jeunes", il a 40 ans et moi 43.

    Ses identités sont tactiles, toutes. La dernière, celle dont je parle le moins est celle que je connais le moins aussi. Il ne l'aime pas beaucoup. C'est quelqu'un de très très romantique et doux.

    L'identité dominante m'en a un peu parlé, il m'a dit que c'était un conte de fée, que je n'avais rien à attendre de lui, que si je lui demandais comment c'était passé sa journée il me répondrait toujours "très bien" et que si je lui demandais où ils vivaient (au pluriel, il a employé le "nous" alors que nous ne vivons pas ensemble lui et moi) il me répondrait toujours le même endroit.

    J'avoue ne pas avoir très bien compris cette partie là mais je n'ai pas voulu trop creuser.

    L'identité de façade est facile à vivre, joyeuse, décontractée. C'est celle que j'ai rencontré en premier, celle avec qui je passe le plus de temps. Mais c'est aussi celle qui ne se souvient pas, qui ne comprends pas tout et qui se pose beaucoup de questions.

    Il m'a dit hier que si les choses empiraient il referait la démarche de consulter. Cela me rassure beaucoup, je préfère l'action à la fuite.

    Je résume les identités ici car j'ai peur que cela soit un peu confus.

    Identité de façade : celle qui est présente en quasi permanence. Décontractée, facile à vivre.

    Identité dominante : N'apparait qu'à certains moments. Intense, hyperactif, "brutal" parfois.

    Identité romantique : Douceur et romantisme exacerbés.

    J'espère que ce sera plus clair comme cela.

    Encore merci pour toute cette aide, je me sens vraiment moins seule et j'arrive un peu mieux à comprendre certaines choses.

    Cordialement,

    Not entirely lost. :)

      • Kirlian
        Mardi 29 Mai à 11:44

        Bonjour Lost,

        Merci pour ta réponse (du coup je vais peut-être devoir te vouvoyer puisque je suis plus jeune que toi (34ans) :p)

        Je comprends mieux après tes explications, et il m’apparaît que le mécanisme n'est pas exactement pareil entre un homme fragmenté et une femme fragmentée. Ce coté réservé qui n'existe pas chez lui d'après ce que tu me dis doit sans doute procédé de cette différence fondamentale.

        Comme je te le disais, je ne laisse pas sortir la personnalité ventre qui elle, est ma facette décontractée, facile à vivre, délurée, maternelle, très féminine. La raison en est que malgré ses qualités évidentes, elle a été dévoyée par notre cher papa, et qu'une partie d'elle veut revivre en boucle le traumatisme. Pour se faire, elle nous a monté un véritable théâtre intérieur d'une version fantasmée des abus, et elle cherche systématiquement à le reproduire dans la réalité. J'ai compris très récemment qu'elle est plus à plaindre qu'autre chose, quand je l'ai vue pleurer à grosse larmes d'avoir été jetée par son père qu'elle aime tellement.
        C'est la raison pour laquelle je la déteste, car elle mélange en mon esprit le plaisir qu'elle a prit d'une chose qui me dégoûte profondément et intensément.
        Si je t'explique cela, c'est pour en venir à la personnalité cœur, celle qui chez ton ami est le romantique, il faut savoir, d'une part que c'est cette personnalité là qu'il a fallu protéger dans l'enfance. Là ou l'esprit pour survivre reste conscient mais est anesthésié, insensibilisé, froid comme la mort, le cœur en revanche à été drogué par son propre cerveau, et à fait de très jolis rêves par-dessus une réalité monstrueuse. Ce n'est donc guère étonnant que cette personnalité "plane complètement", et que son romantisme soit exacerbé. 
        Ce n'est pas non plus étonnant que la personnalité dominante ne l'aime pas, car étant d'une extrême lucidité, elle ne supporte pas l'illusion dans laquelle s'est enfermé son cœur, mais qui est vital pour ne pas le briser...
        Dans mon cas, mon cœur est d'une hyper-sensibilité, d'une timidité maladive et d'une douceur qui frise l’écœurement (je la taquine, elle adore ça, ha ha :p), et même si elle a mûrit depuis quelque temps, il lui arrive quand elle est en crise d'angoisse, d'afficher l'attitude d'une petite fille de trois ans (age du début des abus), et bien que cela m'énerve profondément, comment lui en vouloir et ne pas désirer de la protéger ?

        Mais je digresse là, j'ai perdu le fil...
        Je vais revenir sur le ventre, le décontracté. De ce que j'ai pu observer, on est copain avec son ventre ou on est pas copain du tout. La plus part des gens le sont et n'ont aucun problème à le remplir selon ses bons désirs. Ton ami semble faire partie de cette catégorie et de ce fait, son esprit se "mélange" avec les attributs du ventre car il n’exerce aucun barrage sur son influence. Je puis t'assurer qu'étant un esprit concentré dans son essence, rien n'est drôle, tout est très sérieux et très noir. Quand je sens que je me teinte de légèreté, c'est que Maya essaye de me grimper dessus et je lui botte les fesses directe ! Mais bon, je n'ai encore jamais rencontrer un fragmenté qui adopte le même comportement vis à vis de son ventre, tous étant en bonne entente avec lui, et c'est d'autant plus vrai chez un homme que chez une femme.

        Je conclurais donc ici en revenant à nouveau sur le cœur. Je comprends très sincèrement qu'il soit le plus méprisé en l'intérieur d'un fragmenté, (et même par les personnes extérieurs) puisque toute cette mascarade et ce déchirement originel ont pour but de le protéger lui, et pendant que les autres en bavent bien comme il faut (principalement l'esprit), le cœur vague tranquillement et insouciamment à la niaiserie de sa puérilité.

        Mais je pense que le cœur est beaucoup plus présent que vous ne le croyez. Il n'est tous simplement pas toujours en plein délire, délire qui n'est pas autre chose qu'une réminiscence avec le comportement adapté a ce qu'il vit présentement en son intérieur.
        Ne vous montrer pas trop dur avec lui, il est la partie innocente et pure de l'âme déchirée, et même s'il peut se montrer très agaçant, surtout en ce monde ou la gentillesse, la recherche de la beauté et la naïveté sont vue comme une faiblesse, pour ne pas dire une tare, il est le cœur de la beauté intérieur et la douceur. Il est l'enfant !

        Je te recontacte plus tard, en parlant d'enfant, il y a ma fille qui me réclame.
        Bonne après-midi à toi, et courage.
        Kirlian


         

         

         

    27
    Mardi 29 Mai à 09:57
    Bonjour Lost,
    Il existe un forum Français fait pour les multiples et leur proche, tu pourras y trouver quelques ressources et des conseils si tu en as besoin.

    http://multiples.forum-officiel.fr/

    Nous serons heureux de répondre à tes questions en attendant que tu rencontres un spécialiste.
    28
    Lost
    Mercredi 30 Mai à 11:12

    Bonjour,

     

    Merci Kanada pour cette info supplémentaire.

     

    Kirlian, je suis sincèrement désolée de lire ce que tu as vécue. Merci beaucoup de prendre du temps pour partager ton expérience.

     

    En avant pour mes questions. :)

    Comment dois-je me comporter avec ses autres identités ? Est-ce qu'il vaut mieux faire comme si, moi non plus, je n'étais pas présente avant ? Je m'explique avec un exemple.

    L'autre jour nous faisons des courses ensemble, nous étions chez lui. Je savais donc ce que nous avions acheté. Son identité dominante apparait. Il cherche quelque chose à boire. Je lui propose ce que nous avions pris au supermarché précédemment. Il me dit "d'accord, je n'étais pas sûr d'en avoir" avec un air un peu surpris.

    Donc, est-ce qu'il aurait mieux fallu me taire et le laisser fouiller ?

    Ensuite, j'en viens à cette histoire de rendez-vous. Qui dois-je écouter ?  La personnalité dominante qui réclame cette sortie et donc qu'il faudra que j'aide à apparaître. Ou bien lui, qui n'est pas contre mais qui semble un peu perdu face à cette requête ?

    Il aimerait que j'apprenne à le "ramener" à lui mais est-ce que c'est sain ? Parce que qui dit ramener dit aussi perdre le contrôle avant.

    Désolée pour toutes ces interrogations. Je sais que chacun fonctionne différemment mais je me dis qu'il doit bien y avoir une trame commune quelque part.

    Lost

      • Kanada
        Mercredi 30 Mai à 13:09

        Agit naturellement avec ses autres identités, tu apprendras à les connaître et tu sauras adapter tes réactions. C'est comme quand tu rencontres une nouvelle personne. Reste simplement gentille et respectueuse, et ne te braque pas si tu remarques une situation différente de d'habitude. Je conviens que c'est difficile de vivre avec un système, mais soit patiente et avec le temps tu y arriveras.

        Pour l'exemple des courses, s'ils ne se souviennent pas de quelque chose, dis leur simplement. Tu n'aimeras pas chercher quelque chose pendant plusieurs minutes alors que la personne avec toi sait où c'est ^^ A la limite, fais lui comprendre que ça n'a aucune importance s'il a oublié, on peut parfois culpabiliser de tout oublier.

         

        Pour cette histoire de rendez vous, je pense qu'il n'y a pas grand chose que tu puisse faire, à moins d'avoir vraiment la capacité d'amener celui que tu veux, et que ça ne dérange pas les autres.

        Dans ce genre de cas, je pense que c'est à lui de développer la communication dans son système. Ca peut être très compliqué mais c'est faisable. Par exemple, j'avais un alter dont je ne connaissais pas l'existence il y a quelques semaines. Je me suis rendue compte de sa présence, j'ai commencé à communiquer avec lui, et j'ai appris à l'amener moi même au front avec moi ou à lui laissé place (j'ai l'habitude il faut dire, avec les 6 autres).

         

        Quoi qu'il en soit il faut qu'il accepte de laisser les autres en contrôle de temps à autre, il ne peut pas être présent constamment, à moins que les autres ne l'y aident.Et puis comme chaque alter a un rôle, si quelqu'un d'autre est au front, c'est surement qu'il y a une bonne raison.

         

        Ne t'excuse pas, tu as le droit de poser des questions^^.Chaque système est très différent et je ne pense pas qu'il est une trame, mais il y a des méthodes, des travails à faire sur soi, et c'est malheureusement à lui seul de trouver quelle méthode lui convient. Mais ton aide est très précieuse, et ensemble vous trouverez un équilibre j'en suis sûre.

         

      • Kirlian
        Mercredi 30 Mai à 13:52

        Bonjour Lost,

        Merci pour ta sollicitude, je transmettais à Evy, c'est elle que ça touchera le plus, et je peux d'ores et déjà te remercier chaleureusement de sa part (les larmes en moins, bien évidement :p)

        N'hésite pas à poser toutes les questions que tu veux et je ferais de mon mieux pour y répondre en fonction de mes connaissances. Il ne faut surtout pas t'en excuser, je le fais avec plaisir, et tu as raison, il existe bel et bien une trame commune, j'en suis on ne peut plus certain !

        Pour répondre à ta première question de la manière la plus complète possible, il me manque une information importante, à savoir si ton ami à déjà retrouvé la mémoires des traumatismes, s'il y c'est en cours ou s'il ne se souvient de rien du tout.  De ce que j'en ai compris il ne doit pas en être au stade des souvenirs clairs et précis, et subit encore inconsciemment les réminiscences sans néanmoins les identifier comme telles car au début, et parfois pendant de nombreuses années, elles ne se manifestent que par des sensations physique et des ressentis intérieur dont la cause réelle demeurent obscure. (et une tête qui repousse son cœur n'est pas prête de guérir, il faut en être conscient. La clé de la guérison, c'est la personnalité cœur, mais c'est un sujet à part entière et je ne le développerais pas maintenant.)
        C'est important de savoir pour les souvenirs car cela impactera directement sur le comportement que tu devra adopter avec eux. Je m'explique :
        C'est une démarche très très délicate que de gérer la mémoire refoulée et les trois personnalités doivent agir de concert pour que cette "apocalypse" (c'est véritablement le mot) se passe au mieux.
        Si comme je le pense il ne se souvient pas encore (attention que quelques souvenirs pic-ploc ne sont souvent que la partie visible de l'iceberg !), il ne faut pas brusquer la personnalité cœur (qui à l'air de planer encore bien comme il faut, preuve qu'elle n'a pas encore compris ce qui lui arrive. Un cœur qui à compris et qui a prit la pleine mesure de ce qu'on lui a fait, est un cœur qui pleure, pas qui cueille des fleurs...), ni l'esprit, car ce dernier pourra réagir de façon très violente.
        Donc, je suis désolée, mais pour répondre au mieux à ta question, j'ai besoin de cette info (pas des détails, on s'entend bien, c'est pas mes oignons , bien que j'avoue que la psyché humaine me fascinant, j'aimerais bien avoir l'occasion de me pencher à fond sur un cas autre que le mien :p)
        En attendant, je peux te conseiller de laisser faire comme cela se présente. Soit naturelle, ne parle pas des personnalités absentes à celui qui est à la conscience, sauf bien sur se cela vient de lui. Reste vague et agréable. L'heure est à la construction de votre relation.

        Je voulais aussi te dire une chose, qui n'est pas facile à dire étant donné que ce n'est guère réjouissant, alors je me lance comme ça vient.
        Il est fort improbable que votre situation demeure telle que tu la connais aujourd'hui. Vous aller un jour (quand? on ne sait jamais dire à l'avance) traverser des périodes très difficiles et devoir surmonter des épreuves dont tu n'as sûrement pas idée à ce jour. Je te le dis par avance car tes questions sont toutes charmantes et presque naïves, et c'est tout à ton honneur, vraiment... mais il faut savoir que l'intérieur d'un fragmenté contient une boue immonde dont tu ne soupçonne pas encore l'existence Garde le dans un coin de ta tête et continue à faire de ton mieux avec toute l'affection et l'attention dont tu semble joliment dotée. ^ ^
        Passez un maximum de bons moments ensembles pour resserrer vos liens car vous en aurez besoin d'être fort et ensemble quand ça commencera à se gâter... Le grand malheur d'un couple "normal/fragmenté" si je puis dire, c'est que vous aller être heureux, de plus en plus, et que ce bonheur va apporter à ton ami une période de stabilité qui ne sera que le calme avant la tempête...
        Pour ma part, et comme je l'ai observé chez tout les autres couples comme les nôtres, je me suis équilibrée en rencontrant mon mari, et ce n'est que sept ans de bonheur après que tout cela nous a pété à la figure...
        Si tu le désir et que le besoin s'en fait sentir un jour, je pourrais te mettre en contact avec mon mari qui pourra te faire part de son expérience en tant que compagnon d'un fragmenté, et te conseiller sans doute bien mieux que je ne saurais le faire.


        Je dois partir dans cinq minute, je te recontacte plus tard.
        Porte toi bien
        Kirlian

      • Lost
        Mercredi 30 Mai à 21:42

        Kanada : J'ai la capacité (enfin, c'est plutôt assez simple en fait) à le faire switcher. Je sais que deux de ces identités sont d'accord avec cette sortie mais je n'en sais rien pour la troisième. Elle apparait trop peu. Je n'ai pas l'impression qu'il entretient un dialogue avec elles.

         

        Kirlian : Mon ami vis avec ce trouble depuis presque 20 ans. La "mauvaise" période a, apparemment, déjà eu lieu. Aujourd'hui la seule chose qui change la donne c'est moi. Il avait acquis un contrôle qu'il semble perdre en ma présence mais en même temps il paraît heureux de le perdre parfois. Ou du moins d'arriver à ressentir tout cela.

        Je ne connais pas son traumatisme, il m'en parlera peut-être un jour mais je préfère ne pas poser de question pour le moment.

        Je sais que mes questions sont un peu naïves. :) Dans un sens j'en suis heureuse cela veut dire que la situation n'est pas encore trop compliquée.

        Bonne soirée

    29
    marie-louise
    Dimanche 3 Juin à 00:10

    bonjour Monsieur,

    Je suis la maman d'une jeune fille atteinte du trouble dissociatif de l'identité. Pour l'instant, nous n'avons trouvé aucun thérapeute capable de la soigner. J'habite le département des alpes-maritimes. Je voudrais savoir si vous connaissez un bon thérapeute pour ce trouble. 

    Mme CORNUT

    30
    Alexandre
    Jeudi 30 Août à 14:33

    Bonjour.

    Ma compagne, vraisemblablement atteinte d'un TDI, vous a déjà contacté, et comme vous semblez accessible je me permets de faire de même dans une optique un peu différente.

    Nous habitions près de Poitiers, avons deux enfants (4 ans et 2 ans, de fortes suspicions d'autisme pesant sur la plus jeune) et depuis que le TDI de ma compagne s'est révélé il y a deux ans elle ne peut plus s'occuper des enfants, ce que je fais à sa place... au lieu de travailler. Étant de nous deux le seul qualifié pour le faire, nous nous retrouvons depuis sans la moindre ressource jusqu'à tomber dans LA situation bloquante par excellence, à  savoir le couple fatal RSA/CMU avec, en guise de cerise sur le gâteau, une obsolescence de mes compétences (je suis informaticien de formation, un décrochage de plus de deux ans est fatal pour ma carrière).

    Dans cette situation beaucoup de solutions se révèlent être des impasses : les seuls spécialistes EMDR dans notre région sont des psychologues (donc non-remboursés), nous devons donc nous borner aux psychiatres ou aux médecins généralistes formés EMDR mais là encore, un frein de taille s'oppose à la perspective de solutions : celui de l'hébergement.

    L'expérience nous ayant prouvé que certaines de ses personnalités peuvent la mettre dans des situations dangereuses, nous n'avons que deux alternatives : la proximité du praticien ou l'internement en institution psychiatrique, cette dernière étant la plus simple à mettre en place... Encore faut-il que le traitement y soit adapté. Nous avons tenté de prendre contact avec le Docteur Lionel GIBIER de la clinique de Vontes (37320 Esvres) mais il est proche de la retraite et ne prend pas de nouveaux patients. Si on souhaite une thérapie EMDR dans les secteurs de Poitiers et Tours (relativement proche de chez nous), il n'y a plus que des psychologues.

    Ma question est donc la suivante : connaissez-vous un/des psychiatre(s) EMDR qui puisse suivre ma compagne si nous choisissons la solution de l'internement, quelle que soit sa localisation en France ?
    je précise qu'elle se sentira plus en confiance avec un homme.

    D'avance merci,
    Alexandre.

      • Mardi 4 Septembre à 10:09

        Bonjour Alexandre.

        Pour vos questions je peux vous orienter vers 2 pistes.

        Tout d'abord, l'association EMDR France a une commission EMDR pour tous, pour aider les patients ayant des difficultés financières. Vous pouvez contacter la secrétaire d'EMDR France de ma part pour avoir des informations sur la commission EMDR pour tous et les modalités pour pouvoir être aider:

        info@emdr-france.org

        Ensuite pour une hospitalisation en clinique spécialisée, je peux vous conseiller de contacter mon collègue le Dr Ametepe Léonard, psychiatre sur Toulouse. Il pourra mieux vous renseigner sur les cliniques privées et leurs domaines de compétences:

         05 34 42 08 77

        En espérant que cela puisse vous aider.

        Cordialement 

         

      • Mardi 4 Septembre à 10:13

        Bonjour Marie Louise.

        Je ne connait pas de collègues dans les Alpers Maritimes mais il existe 17 praticiens EMDR accrédités dans ce départements. Vous trouverez leurs coordonnées ici:

        http://www.emdr-france.org/web/annuaire-general

        Toutefois je ne sais pas s'ils ont la spécialisation EMDR sur les traumatismes complexes.

         

        Cordialement 

         

         

    31
    Mandarine
    Dimanche 16 Septembre à 22:13
    Bonjour. Je cherche un thérapeute spécialisé dans le TDI en region Lyonnaise s'il vous plaît. Je vous remercie par avance
      • Lundi 17 Septembre à 09:57

        Bonjour

        Vous pouvez contacter le Dr Emmanuel CONTAMIN. 

        Il est psychiatre, superviseur EMDR et formé aux troubles dissociatifs. Il sert de référent sur Lyon et saura vous trouver quelqu'un de compétent dans le domaine des TDI.
        Cordialement 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :