• Damien a fait une carrière de plus de 30 ans en tant que militaire. Il faisait partie d'une unité d'élite et a été envoyé en opérations extérieures de nombreuses fois. Il a ainsi été plongé en situation de guerre et a du gérer de nombreuses situations délicates et dangereuses. 

    Au début du suivi j'évalue Damien avec un PCL-5 (test psychométrique: "Post-traumatic stress disorder DSM-5). Le test montre un état de stress post-traumatique (ESPT) très élevé et les signes cliniques nous montrent qu'il  essaie d'intérioriser ses troubles mais qu'il s'épuise. 

    La thérapie s'est étalée sur 12 séances d'une heure trente chacune. 

    Je remercie chaleureusement Damien pour son témoignage. J'espère que cela pourra aider nos militaires en souffrance à faire la démarche. 

     

    " Après plusieurs années passées dans l'institution  militaire, j'y ai vécu une vie riche, exigeante et exaltante à travers, entre autre, les opérations militaires extérieures.
    Aussi, j'ai fait face à un certain nombre d’événements mêlant tout à la fois du stress, la mort ou le danger. Ces événements ont été canalisés alors que j'appartenais à une communauté solidaire et suffisante en soi  pour surmonter ses émois car discipliné sur le plan état d'esprit. Mais cela n'était pas suffisant. 
    Persuadé que la stratégie du silence et du confinement suffirait à surmonter ces événements, je me suis peu à peu enfermé et reclus sur moi-même, cachant mes émotions, cherchant l'auto-contrôle...
    Puis vint le temps du départ de l'armée, et dès lors, j'ai commencé à beaucoup plus "gamberger" . La digue psychologique a commencé à craquer : les nuits plus difficiles et plus courtes, la colère plus présente et plus forte, l'immensité de ma tristesse....
    C'est auprès de deux professionnels de la santé que j'ai décidé de sortir de cet état d'isolement qui me minait la vie. Ils m'ont encouragé à me tourner vers un psychologue spécialiste EMDR.
    Après une nouvelle période de réflexion, je me suis décidé en début d'année 2017 à franchir cette étape et j'ai rencontré Mr Nicolas Desbiendras. Rien n'était moins sûr que de suivre cette thérapie mais il a su immédiatement installer une relation de confiance basée sur le respect du patient et la clarté du propos. J'ai donc rapidement apprécié la méthode, l'écoute, le poids des mots et  le respect des émotions dans un environnement tout à la fois neutre et sécurisant. Les premières séances ont été particulièrement difficiles, voir fatigantes sur le plan psychologique, au point de me demander si je devais poursuivre. L'utilisation des pulseurs, synonyme de souvenirs douloureux, me paraissait parfois interminable. Puis de question en réponse et de réponse en émotion, ces séances ont aussi très vite porté leurs fruits car je me sentais plus ouvert, et progressivement libéré grâce au travail effectué pendant 5 mois soit une douzaine de séances. 
    Je tiens à remercier Mr Nicolas Desbiendras pour son professionnalisme et au-delà pour son regard clinicien tout autant qu'humain, sa compréhension et son action ciblée, car je suis sur le chemin du mieux avec l'esprit plus libéré, près à accepter la vie et à comprendre le bonheur."

    2 commentaires
  • Laurent vient me voir dans une situation où "il n'en peut plus". Le travail le submerge. Sans être encore en Burnout, il est sur une pente glissante. De plus il a des angoisses quotidiennes et des difficultés à gérer ses relations familiales. Il se sent débordé par ses obligations et commence à perdre pied. 

    Voici son témoignage, je le remercie pour sa confiance.

     

    BILAN THÉRAPIE

    Avant la thérapie

    Pics de stress plus ou moins intenses en fonction du type de contrariété et d’obligations. Certaines situations provoquaient une sur-réaction de ma part. Ayant l’habitude et voulant faire beaucoup, je ne m’aménageais que peu de moments de tranquillité, que ce soit à la maison ou au travail.

    Disponible pour tout et tous, je n’envisageais pas un emploi du temps non rempli. De même certains faits passés déclenchaient les mêmes sensations, ils n’étaient en fait jamais passés. Et une perception de l’avenir un peu anxiogène. Je n’arrivais plus que difficilement à prendre le recul nécessaire et affronter sereinement les diverses situations.

     

    Durant la thérapie

    J’ai tout d’abord été en totale confiance par mon interlocuteur, ce qui m’a permis de dire réellement les choses. Il  a toujours su rebondir, revenir sur la ligne directrice tout en me laissant aller.

    On ne voit pas toujours la finalité tout en ayant conscience du mécanisme qui s’enclenche. Cela soulève pas mal de questions, en relativise certaines et en élude beaucoup. Avec quelques maux de tête à la clé. Une impression de poids dans le fardeau qui s’allège, mais pas que. Associé à l’arrêt tabac et quelques sautes d’humeur. On cerne mieux les choses et on anticipe un peu plus.

    La plupart des anciennes questions ne se reposent plus, sont éludées ou ne provoquent plus de réactions. On relativise beaucoup plus, avec plus de sérénité, voire avec un certain détachement. Peut être trop mais sans être indifférent. On se recentre aussi sur soi et le cercle proche. Un peu trop aussi mais sans égoïsme.

     

    Beaucoup de bénéfices dans l’immédiat et pour l’avenir non encore perçus. La brièveté et le travail personnel sont des atouts de réussite, grâce à son interlocuteur.  


    votre commentaire
  • Témoignage d'Elsa:

    "Marquée par des événements difficiles, je me repliais beaucoup sur moi-­même. Malgré de nombreuses thérapies, j'éprouvais des difficultés à lâcher prise, à oser m'affirmer en tant que femme et à entamer des relations.

    Un ami m'a parlé de l'E.M.D.R et j'ai décidé de commencer une thérapie avec M.Nicolas DESBIENDRAS afin de comprendre cette peur de l'autre et de l'engagement.

    Au fil des séances, nous avons passés en revue plusieurs points de ma vie comme le décès de mon père quand j'étais petite, son absence qui me pesait et le fait qu'à 8 ans j'ai endossé un rôle patriarcal dans la famille qui n'était pas le mien et qui m'a privé de certains plaisirs d'enfant et d'adolescente. Outre cela, j'étais étouffée par une mère quelque peu envahissante qui, sans réellement le vouloir, me rabaissait avec certaines remarques et me renvoyait une image de petite fille. Au fur et à mesure de la thérapie, je suis passée par plusieurs stades : de la colère à la tristesse en passant par les regrets. Mais c'étaient des émotions que j'avais enfoui depuis longtemps et qui avaient besoin d'être extériorisées afin que je puisse aller mieux.

    Grâce à la thérapie, j'ai pu porter un regard nouveau sur mon passé et j'ai appris à pardonner et à être plus indulgente envers moi même et envers les autres. Je pardonne à mes parents, j'accepte mon passé et je vis désormais ma vie. J'ose plus m'affirmer en tant que femme et à prendre des décisions d'adulte. L'idée d'une relation sentimentale me fait moins peur."

     

     


    votre commentaire
  • Julie a vécu un grave accident de la route 6 mois plus tôt. C'est son médecin expert qui me l'a adressé car il avait repéré un état de stress post-traumatique. 

    Merci à Julie pour son témoignage. 

    J’ai bénéficié de séances d’EMDR après un accident de la route.

    Après cet accident, je me sentais toujours très vulnérable, en permanence sur le qui-vive, très stressée et dans un état d’hyper-vigilance : je m’effrayais au moindre bruit et surtout en voiture, je dormais mal et parfois je me réveillais en pleine nuit, dans l’impossibilité de me rendormir. Evidemment, j’évitais de prendre la voiture et lorsque je la prenais, j’avais la sensation d’être agressée par les autres automobilistes. Ce sentiment était présent aussi lorsque je me trouvais dans les transports en commun, avec une impression de danger imminent.

    Comme mon accident était récent (6 mois), le thérapeute m’a dit que la prise en charge pouvait être de courte durée. Et de fait, au bout de 4 séances, mon état de stress post traumatique s’est dissipé. Depuis, je reprends la voiture sans penser à l’accident. Je reste prudente mais je ne me sens plus agressée en permanence et dans mon quotidien, je me sens plus sereine.

     

    J’espère que mon témoignage pourra aider d’autres personnes qui se sentiront incomprises et vulnérables après un traumatisme et surtout entravées dans leur quotidien. Pour ma part, j’ai retrouvé la liberté de ne plus avoir peur. 


    votre commentaire
  • Denise est venue en consultation avec une demande précise: le traumatisme récent de la mort de son mari après une longue maladie. Denise l'a accompagné jusqu'au bout sans penser à elle ni s'accorder le moindre repos. Quelques temps après le décès de son mari, tout s'effondre: elle craque et perd toute envie de vivre, son corps lâche et elle a de gros problèmes cardiaques nécessitant une opération à cœur ouvert, etc... 

    De plus ce traumatisme récent de la perte douloureuse de son mari a réveillé de nombreux souvenirs douloureux maintenus à distance jusque là.. et de nombreux traumas d'enfance refont surface.

    Voici son témoignage:

     

    Je suis consciente que pour qu'un témoignage soit lu ou qu'il donne envie d'être vu, il faut qu'il soit court. Comment résumer en quelques lignes tout ce travail effectué en plusieurs mois. Un travail sur le passé conduit avec délicatesse, précision et efficacité par M Desbiendras. Rien n'a été facile mais grâce à cette thérapie par l' EMDR mon regard sur le passé à changer et plus que cela tout mon être est différent aujourd'hui. Ma façon de concevoir le monde qui m'entoure, je n'ai plus peur d'affronter la vie et mon futur qui ne sera plus jamais pareil depuis la disparition de mon époux.

    Le long travail de deuil douloureux qui doit être effectué très rapidement pour que la vie reprenne, l'envie de vivre revienne, pour retrouver le goût et après la joie et le bonheur dans sa vie, même si l'on oublie pas, même si rien ne s'oublie, ce travail grâce à EMDR n'a pas été vain, aujourd'hui après 9 mois, je suis reconstruite et je suis capable d'accepter de vivre sans mon homme à mes côtés. Oui en écrivant cela j'ai quelques larmes, mais j'ai accepté que la vie continue.

    La douleur et la souffrance de mon mari avant sa disparition a eu raison de ma santé, même lorsque mon coeur a fait savoir qu'il existait au point qu'une intervention chirurgical était inévitable, je n'ai eu de cesse que de penser à la gravité de la maladie de mon mari. La encore M Desbiendras a su voir et sentir le trauma qui était passé dans mon inconscient et que j'avais volontairement occulté. Le travail en EMDR a consisté a revivre l'intervention et a accepter ce qui c'était passé. En effet, la non acceptation, avait créé la somatisation du mal, je me faisais revivre, avec de réels symptômes  cardiaques,  ce que je n'avais pas voulu voir sur le moment.

    Un des sujets que par pudeur, j'ai eu du mal à affronter, en refusant de croire qu'il est pu avoir un impact quelconque dans ma vie. Ce sujet enfouie au plus profond de moi qui est apparu malgré moi dans la liste des fameux 10 événements traumatiques de ma vie. Ce sujet que je n'avais abordé avec personne d'autre que mes parents à l'époque, je l'ai avoué à M Desbiendras.
    Aujourd'hui, on connaît les dégâts psychologues que peut provoquer un attouchement. Le travail a consisté à revivre l'événement de manière à le percevoir autrement. 
    Quand je dis que grâce à la méthode EMDR que M Desbiendras a su me libérer de ce poison (je vais y revenir plus en détail car c'est important) j'ai tord. M Desbiendras utilise et met à contribution tout son savoir-faire dans plusieurs domaines (la psychanalyse, l'analyse transactionnelle, la thérapie cognitive et comportemental, la programmation neuro-linguistiques, il utilise la Gestait et la médiation) qu'il associe à la thérapie EMDR pour nous conduire à nous guérir, tout le monde ne sait pas faire cela, il faut des années d'étude pour en arriver là.
    Pour finir, bien que plusieurs autres sujets ont été traités, je voudrais dire au femme qui on subit des attouchements, viols, agressions ou autres du même genre que cela peut entraîner un vaginisme qui va entravé à jamais votre vie sexuelle et que le seul moyen qui a pu remédié à mon problème a été le travail que j'ai fait avec M Desbiendras. 
    Alors tous mes remerciements pour avoir su faire ressortir ce qu'il y avait de meilleurs en moi, grâce à vous je suis à nouveau plus sûre de moi et je vie mieux.

     

    Sincèrement 
    Bien à vous


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique