• Eléonore est une jeune femme dont la thérapie prend fin peu à peu. Elle venait pour des manifestations physiques notamment cardiaques qu'elle associait à un stress permanent et à des angoisses diffuses. Il est apparu que ses symptômes étaient l'expression d'un état dissociatif majeur. Elle a souhaité témoigner de la levée progressive de cette dissociation grâce à la thérapie.

    Suite à un traumatisme important arrivé au début de l’âge adulte entraînant une dépression puis des troubles dissociatifs, je ressentais des problèmes de cognition. J’avais des soucis pour mener ma vie de manière autonome avec des problèmes de stress, d’anxiété, de mémoire, un sentiment de vide ainsi qu’une difficulté pour réfléchir et avoir des émotions. Pendant plusieurs années j’ai vécu avec ce handicap qui empêchait le déroulement normal de mon existence.

                   J’ai commencé le traitement EMDR après des problèmes de santé (sentiment de faiblesse, palpitations) et j’ai vu immédiatement des effets sur mon stress et mes peurs, je reprenais le contrôle de mon corps. J’ai ressenti un fort mal de tête lors des premières séances comme si mon esprit se réorganisait ainsi que des sensations somatiques dans les membres. L’EMDR me faisait apercevoir un horizon meilleur que j’avais du mal à reconnaître jusqu’à ce que je sois suffisamment avancée dans la guérison.

                   Je prenais conscience au fil des séances que mes perceptions revenaient petit à petit de manière fragmentée. D’un point de vue pratique je me levais plus facilement avec un sommeil réparateur, ma concentration était bien meilleure, ma mémoire revenait, les choses reprenaient du sens et se reconnectaient. En étant sincère et en ayant confiance j’ai réussi à affronter mes traumatismes pour pouvoir passer à autre chose. Puis le fait de faire des activités passionnantes et stimulantes émotionnellement ont continué de me guérir physiquement et mentalement.

    Au bout d’un certain temps j’ai senti que mon objectif était atteint car je me sentais présente et bien comme avant. J’avais envie de faire des choses, d’avancer et de dépenser toute l’énergie que j’avais récupérée. J’ai retrouvé mes pensées positives, sensations, mon envie d’aller de l’avant sans angoisse, de profiter de la vie qui avait repris ses couleurs.

    Je suis particulièrement reconnaissante pour le soin, la patience et la bienveillance dont madame Debiendras Diday a fait preuve pour me permettre d’être en bonne santé et de retrouver ma vie. Je ne pense pas que j’aurais pu obtenir d’aussi bons résultats avec une thérapie classique et j’espère que mon témoignage donnera envie aux autres de tenter ce traitement mêmes si ils ne sont pas convaincus que cela répond à leurs symptômes.


    votre commentaire
  • Le comité de Niel s'est réuni le 16 octobre 2018 avec la participation du :

    - SSA: Service de soutient aux armées

    - SDIS: Service départementale d'incendie et de secours

    - SSPO: Service de soutient psychologique opérationnel

    - CUMP: Cellule d'urgence médico psychologique

    Merci au Colonel Siksik d'avoir organisé cette rencontre.

    Je suis intervenu conjointement avec Nicolas Cazenave sur le thème suivant:

    Le sauveteur et le soignant « victimes »

    Covisions, supervisions, débriefings

    Le document numérique de notre intervention est disponible ici:

    Télécharger « Le sauveteur et le soignant victimes- Comité de Niel - Toulouse 2018- N. Desbiendras et N. Cazenave.pdf »

     

     


    votre commentaire
  • Bonjour 

    Pour simplifier voici le lien externe vers les articles et conférences:

    Articles et conférences à télécharger

     


    votre commentaire
  • Voici le témoignage de Julie
    Elle est venue consulter à la suite d'un accouchement traumatique. Une fois cet événement résolue, nous avons pris conscience de vieilles blessures d'enfance et avons continué à travailler sur son histoire de vie.

    Je la remercie pour son témoignage qui pourra aider d'autres femmes à prendre soin d'elle.
    Voici son témoignage:

     

    L’EMDR, j’y suis arrivée après un long chemin. Une amie me la conseillé, j’y suis allée, je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais après avoir tenté plusieurs méthodes, je ne regrette en rien mon choix car c’est vraiment une thérapie époustouflante par son efficacité.

     Je suis allée consulter en rapport avec l’accouchement traumatique de mon premier enfant. J’avais des séquelles physiques mais également psychologiques et émotionnelles. Depuis 2 ans, je me trimbalais ce mauvais souvenir sans parvenir à l’apaiser.

    Je n’imaginais pas oh combien c’était lié à des événements antérieurs de ma vie. Comment mon cerveau avait fait des nœuds, des assimilations inappropriées, et que tout ça m’empêchait de vivre sereinement et paisiblement aujourd’hui.

     J’y suis allée pour un accouchement traumatique, j’y ai travaillé ma confiance en moi, mes émotions, ma force, mes ressources, mon moi petite fille, mes blessures.

     J’ai été épatée de ressentir physiquement des figements d’émotions que j’avais vécu, des vagues d’angoisse de quand j’étais petite, de la tristesse, de la culpabilité. Dans le bureau, face à mon thérapeute, j’ai eu envie de courir, de sauter comme un cabri, j’ai senti une force phénoménale partir de mon cœur, parcourir mes bras jusqu’à mes poings et je me suis vue dire haut et fort « YOUPI » !! accompagnée par mon thérapeute qui m’accompagnait dans ce regain d’énergie !!

     J’ai également compris pourquoi la mort accidentelle et douloureuse du chien d’un ami m’a touchée au point de faire bugger mon cerveau pendant des jours sans que je comprenne pourquoi, alors que je n’étais même pas présente au moment de l’événement.

    Outre le fait que enceinte mes neurones miroirs étaient hyper sensibles, mon cerveau avait fait le lien avec un événement que j’avais oublié, pas soupçonné...15 avant, ma grande sœur, enceinte  (comme moi) de 5 mois (comme moi), d’une petite fille (comme moi), avait perdu son chat, mort écrasé par une voiture. J’étais la ce jour la, je me souviens de sa tristesse, ce chat mort. Un mois après, elle a perdu son bébé. Mon cerveau lui a vu ça comme une prophétie : grossesse-accident-animal mort-bébé mort. Après la séance, quand je suis sortie dans la rue, je me suis sentie si légère ! Et l’histoire a cessé de tourner en boucle dans ma tête. Quel soulagement ! Un traumatisme vicariant. Ça porte un nom, et c’est quelque chose de normal. Ce n’était pas moi qui hallucinait !!

     J’ai compris aussi pourquoi aujourd’hui la culpabilité était si présente pour moi. Le manque de confiance en moi, de ne jamais avoir l’impression de satisfaire les autres et moi-même, cette exigence mais en même temps ce sentiment d’être incapable d’y arriver, de me sous estimer.

    Cette petite fille fragile que j’étais- que je pensais être plutôt- a été écoutée, entendue, dans ses blessures, dans ses émotions. JE me suis reconnectée avec elle grâce à l’EMDR.

    Après quelques séances, je me suis sentie plus forte, moins apeurée, j’ose plus me positionner dans mes paroles, j’arrive mieux à exprimer mes émotions. Je me sens moins dépendante des choses qui semblaient me rassurer avant. J’ai moins peur de la mort et de la séparation. J’ai plus de ressources en moi. J’ai plus confiance en moi. Je culpabilise moins.

     J’ai travaillé le passé, le présent et l’accouchement de mon deuxième enfant qui arrivera bientôt.

    Grâce à cette préparation, je me sens sereine et gonflée d’energie !

    Je sais que j’ai encore des choses à travailler afin de boucler la boucle et je retournerai sans hésiter consulter Monsieur Desbiendras car ce que l’EMDR m’a apporté ; la manière dont ça a ouvert mon esprit et comment ça l’a accompagné ; je ne l’ai trouvé nulle part ailleurs.


    votre commentaire
  • Bonjour 

    Je suis intervenu pour la 2e journée de conférences de l'AFTD: association francophone du trauma et de la dissociation.

    Cette année le thème était "La traumatisation vicariante ou l'effet du traumatisme sur le soignant".
    Je suis intervenu spécifiquement sur:

    "Regard sur les soignants médico-psychologiques spécialistes des interventions d'urgences. Prendre soin de soi pour prendre soin des autres".

    Cette journée fut riche et belle en rencontres et en échanges. Je remercie l'AFTD de m'avoir permis de parler de ce sujet si important qu'est le fait de prendre soin de soi en tant que thérapeute. Je remercie également les intervenants le Dr Gabrielle Bouvier, Olivier Piedfort-Marin, Hélène Dellucci et Nadine Lyamouri pour les belles interventions.

    Le document de mon intervention est en libre accès ici:

     

     Télécharger Conférence AFTD, la traumatisation vicariante chez les spécialistes de l'urgence. N. Desbiendras

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires